Maurice DEMILLY

Biographie

Biographie : (extraite de la voix du Nord du 01/11/2015 par Emmanuelle Dupeux)                  

Ancien maire de Nesles, commune où il réside, le peintre Maurice Demilly expose cette année à la fois au Salon des artistes français et, pour la première fois, au Carrousel du Louvre. Une reconnaissance de plus pour ce plasticien de 69 printemps qui, tel un artisan, remet sans relâche son œuvre sur le métier.

Demilly dans son atelier. Ses paysages et natures mortes sont prétextes à traduire des ambiances, lumières, transparences...

De retour d’une exposition à Argelès, où il s’est vu décerner le prix de la ville, et d’une autre à Perpignan, Maurice Demilly nous reçoit dans son atelier à Nesles. L’artiste boulonnais œuvre dans un cadre paradisiaque : une sorte de tour en pierre de pays qu’il a érigée lui-même, entourée d’un superbe jardin dont les multiples essences flamboient aux couleurs de l’automne. Érable rouge, chêne, hêtres, amours-en-cages, liquidambar… Une vraie toile de maître à ciel ouvert.

« J’aime peindre l’air… »

Dans son antre aux murs tapissés de tableaux, l’ancien professeur d’arts plastiques (à l’école municipale d’arts de Boulogne, à Mariette et à Cazin) travaille actuellement sur un paysage typique de la côte d’Opale : l’immense plage d’Equihen. Une marine tranquille, toute en dégradés de beige, gris, bleu et vert sur laquelle le plasticien revient inlassablement depuis plusieurs jours avec pinceaux et couteaux pour peaufiner les effets de lumières, de transparences, de matières, perspectives et de composition. « J’aime peindre l’air qui circule entre les éléments, ce qui relie les volumes à l’espace. » Un savoir-faire et une palette de couleurs reconnus bien au-delà du Boulonnais : en Europe et dans le monde entier. Le peintre a notamment exposé au Mexique, aux États-Unis, au Japon. En 1992, il a reçu la médaille d’or à la biennale de Venise… Excusez du peu.

« Il ne faut pas avoir des œillères »

D’ici quelques jours, deux de ses huiles sur toile seront accrochées à Paris, à l’occasion de deux expositions différentes : d’abord le Salon des Artistes français, dont il est un habitué (et un sociétaire) qui se tiendra du 24 au 29 novembre au Grand Palais. Une de ses natures mortes (il préfère parler de nature silencieuse) y a été sélectionnée avec quelque 3000 autres tableaux. Un grand format de 2m sur 1m. « Le Salon des artistes est le seul qui défende vraiment l’art figuratif. Je pense que c’est une bonne chose car la peinture est aussi un métier qui fait appel à des connaissances… » Un tacle à certaines dérives de l’art contemporain ? « On est tous des contemporains de notre époque… Il ne faut pas avoir des œillères ».

Un peu plus tard, du 17 au 20 décembre, il présentera une marine -« Le port de Brest »- à la Nationale des Beaux-Arts, au carrousel du Louvres. Cette manifestation encore plus sélective est une première pour lui. « C’est un peu l’aboutissement de mon travail ». Une reconnaissance. L’opportunité de vendre aussi… peut-être (lire ci-dessous) Et de se confronter à ce que font les autres. « J’aime bien ça, pour voir si on tient la route. » Pour lui, un seul credo : le travail. « Il faut essayer de toujours aller plus loin, pour que la matière semble de plus en plus vivante. »

Quelques toiles de Maurice Demilly. Ses sujets de prédilection ? Des paysages, des marines, des natures mortes... qu’il préfère appeler « natures tranquilles ».

UN ARTISTE COTÉ

Pour un artiste, exposer dans un salon est aussi une opportunité pour vendre une de ses œuvres. « Mais actuellement, rien ne se vend » constate, un peu fataliste, Maurice Demilly. Selon lui, cela fait environ deux ans que les galeries fonctionneraient au ralenti. « Beaucoup ferment ! » Débourser plusieurs centaines ou milliers d’euros pour orner les murs de sa maison ne serait plus trop à l’ordre du jour.

Répertoriées par les galeries, les œuvres de Maurice Demilly ont des prix fixés par une grille tarifaire, en fonction du format. Huit cents euros pour une toile de 27 cm sur 24 cm par exemple. Ou 3 200 € pour une œuvre de 81 cm sur 1 mètre.

Du simple au triple

Cette estimation de la valeur d’une œuvre peut varier du simple au double ou au triple suivant la notoriété de l’artiste, sa carrière, les galeries qui l’ont exposé… et d’autres critères plus techniques. « Mais il y a aussi de la triche dans tout ça », soupire le plasticien. Des enchères surévaluées dans une salle des ventes peuvent faire bondir une cote.

BIO EXPRESS

Maurice Demilly peint depuis l’âge de 10 ans. Il piquait alors les draps de sa mère qu’il tendait sur des bouts de bois pour pouvoir assouvir sa passion pour le dessin et la couleur. « Je faisais des copies à l’ancienne... »

Malgré les réticences de ses parents agriculteurs à Baincthun, il a ensuite intégré l’école municipale d’arts de Boulogne, et poursuivi son cursus à Roubaix puis aux Beaux Arts de Lille et enfin de Paris. Il a ensuite exercé comme professeur d’arts plastiques à Boulogne-sur-Mer.


RETOUR HAUT DE PAGE

Accueil Expositions Peinture/Sculpture Design Mobilier Luminaire Atelier d'Artiste Contact

T R I A N O N

–––––––––––––––––––––– G   A   L   E   R   I   E –––––––––––––––––––––

GALERIE TRIANON - ART et CREATION - 5, rond-point de montfermeil - 93340 Le Raincy - Tél.: 01 43 01 97 38 - email : trianonantiquites@orange.fr
Ouvert du jeudi au samedi de 14h30 à 19h - En matinée sur rendez-vous.

© Copyright 2014.Galerie Trianon Art et Création

 Mentions Légales - Fiscalité